Hédy Sellami présente
Recherche

Extraits à venir sur Eclairages

Extraits à venir sur Eclairages
Parmi les films dont nous mettrons des séquences en ligne prochainement :

Miss Mend, de Barnet et Ozep

Les mondes futurs, sur un scénario de HG Wells

Coeurs en lutte, de Fritz Lang

Le village du péché, d'Iwan Prawow et Olga Preobrashenskaja

Othello, d'Orson Welles

Le chevalier à la rose, de Robert Wiene

The dragon painter, avec Sessue Hayakawa






De Rue sans issue au Voleur de bicyclette

De Rue sans issue au Voleur de bicyclette


Eclairages vous propose une sélection de séances, avec aussi des films muets en ciné-concerts; Mizoguchi; Clouzot; Orson Welles; des films italiens; Le limier; un mini-cycle japonais; Claude Autant-Lara; Johnny Guitar; des opus français des années 1930; Fassbinder; Une certaine rencontre; ou encore William Wyler.

Cliquez ICI










Pour la diffusion de films muets à la télévision publique


Quoi qu'en disent certains, la connaissance et la publication des films muets restent faibles, fragmentaires.

C'est particulièrement le cas des films français.

Voici qui est tout de même stupéfiant : on ne peut trouver en DVD qu'une infime minorité des oeuvres les plus marquantes signées par les cinéastes les plus célèbres : Gance, Dulac, L'Herbier, Antoine, Epstein (1) ...

Il faut parfois chercher chez des éditeurs étrangers pour dénicher une oeuvre !

Et ne parlons pas des réalisateurs davantage négligés encore : les Roussel, les Kemm, les Lion, les Hervil, les Poirier ...

N'est-il pas pour le moins étrange que ces cinégraphistes soient littéralement interdits d'antenne dans leur propre pays ?

Pour ne citer que ce seul exemple, combien de films signés Baroncelli la télévision française a-t-elle diffusés depuis qu'elle existe ?

Il ne serait pas scandaleux qu'une chaîne publique projette, ne serait-ce qu'une fois par mois, un film français muet.

Cela n'apparaîtrait tout de même pas disproportionné par rapport au nombre de gens intéressés, certes faible.

France 5 diffusant déjà des documentaires, France 3 le Cinéma de minuit, France 2 (irrégulièrement et très tard) le Ciné-club, France 4 pourrait être tenue de respecter ce minimum que l'on serait en droit d'attendre du service public.


(Notre illustration : Monte-Cristo (1929) de Fescourt : le crime dans l'auberge).




(1) ajouté le 29 mai 2014 : Epstein fait maintenant l'objet d'une édition en dvd.


288e filmographie

288e filmographie

Deux partitions pour une grève



Стачка (La grève, 1925) d'Eisenstein, peut être visionné en deux copies, avec deux musiques différentes.

L'une (ci-dessus) a été composée récemment par Pierre Jodlowski pour la cinémathèque de Toulouse. L'autre (ci-dessous) est constituée de morceaux signés Chostakovitch pour une restauration soviétique de 1969.

C'est l'occasion de constater à quel point l'accompagnement sonore d'un film muet en modifie la perception.






Marie-Octobre (1959) de Julien Duvivier : la fin (HD)



Film français.





Pathé Consortium Cinéma

Scénario original de
Julien Duvivier et Jacques Robert
inspiré du roman de Jacques Robert
Editions du Scorpion

Dialogues de Henri Jeanson

Directeur de la photographie : Robert Le Febvre

Décor de Georges Wakhévitch
Assistant décorateur : René Calviera

Chef monteuse : Marthe Poncin
assistée de Hélène Baste

Chef opérateur du son : Antoine Archimbaud

Assistant réalisateur : Michel Romanoff

Caméraman : Roger Delpuech

Musique de Jean Yatove

Enregistrement Western Electric
Société OPTIPHONE

Une Co-Production Orex Films, Abbey Films Production, Doxa Films, Société française théâtre et cinéma

Directeur de production : Paul Joly

Un film produit par Lucien Viard



Danielle Darrieux est Marie-Octobre
Paul Meurisse est Renaud
Paul Frankeur est Marinval, qui tient une boucherie
Paul Guers est Le Gueven, ecclésiastique
Bernard Blier est Simoneau, avocat
Robert Dalban est Blanchet, qui tient une serrurerie
Serge Reggiani est Rougier, propriétaire d'une imprimerie
Lino Ventura est Bernardi, qui possède un night-club
Jeanne Fusier-Gir est Victorine
Daniel Ivernel est Thibaud, médecin
Noël Roquevert est Van Damme, agent des impôts


Un certain Renaud et une certaine Marie-Octobre, qui furent résistants pendant la Deuxième Guerre mondiale, invitent à une soirée les hommes qui étaient membres de leur réseau, le réseau Vaillance.
Il y a là Le Gueven, devenu ecclésiastique; Simoneau, avocat; Rougier, imprimeur; Marinval; Bernardi, propriétaire d'un night-club; Van Damme, agent du fisc; Thibaud, médecin; Blanchet, qui possède une serrurerie.

Après les banalités d'usage, Marie-Octobre et Renaud révèlent les véritables raisons de cette invitation. Marie-Octobre a appris récemment, d'un ancien agent allemand, que leur réseau fut trahi par l'un de ses membres, ce qui permit aux Allemands d'en tuer le chef, le commandant Castille.
Marie-Octobre et Renaud veulent savoir qui est le félon.

Les participants à la soirée finissent par se laisser aller aux soupçons et par s'accuser mutuellement : avec quel argent tel ou tel autre a-t-il pu acheter un cabinet de médecin, ou un cabaret, ou une imprimerie ? Pourquoi tel autre n'était-il pas présent lors de la tragique soirée qui eut lieu ici même, quinze ans plus tôt, et pendant laquelle les Allemands débarquèrent à l'improviste, tuant le chef du réseau ?

Un élément semble se dégager : Castille soupçonnait l'un des membres d'avoir volé de l'argent, et il allait le dénoncer au cours de la fatidique nuit.

On tente de reconstituer précisément ce qui se passa lors de cette soirée.
Rougier raconte : se rendant compte que les Allemands entouraient la maison, il alerta les membres du réseau, qui parvinrent à s'échapper. Cependant, Castille et Rougier lui-même étaient toujours dans le grand salon quand les Allemands y firent irruption. Des coups de feu furent tirés, les Allemands utilisèrent une mitraillette et liquidèrent Castille. Ils arrêtèrent Rougier, qui parvint plus tard à s'échapper, lors de son transport vers un lieu de détention.

Blanchet objecte que cette histoire pose probème. Il est catégorique : aucun coup de feu ne fut tiré, ce que confirme la gouvernante de François, Victorine.
Rougier s'embrouille, et les autres semblent de plus en plus douter de lui.
Alors, Rougier supplie Marie-Octobre de parler. Comme elle répond ne pas comprendre ce qu'il veut dire, il révèle que Marie-Octobre était amoureuse de Castille et entretenait une liaison avec lui. Il ajoute que Castille allait cependant quitter Marie-Octobre, et que, le soir fatidique, Marie-Octobre est restée seule avec le chef du réseau, avant qu'il ne soit liquidé. C'est sous-entendre que Marie-Octobre aurait tué Castille.

On ne sait donc toujours pas qui a trahi.

Marie-Octobre annonce alors qu'il ne reste qu'une solution, à laquelle elle espérait ne pas devoir recourir : l'ancien agent allemand qui l'a renseignée, ne sait pas le nom du traître, mais il le reconnaîtra sans difficulté s'il le voit. Or, justement, il est dans la maison, dans une pièce du haut. Il va descendre pour confondre le félon. On entend des pas qui descendent l'escalier, on voit une ombre ... En réalité, c'est Renaud, car l'ancien agent allemand n'est absolument pas là. Cette manœuvre visait à faire réagir le coupable. Elle réussit, car celui qui a trahi, se croyant sur le point d'être confondu, préfère prendre les devants : il tente de s'enfuir. Il en est empêché par Bernardi.
Le Judas avoue que c'est lui qui a tué Castille, et non pas les Allemands. Il prétend avoir agi par amour pour Marie-Octobre, parce qu'il ne voulait pas que, devant elle, Castille révèle qu'il avait volé l'argent du réseau.
On force le meurtrier à rédiger une lettre dans laquelle il confesse son forfait et affiche sa résolution de se tuer. En réalité, ce sont les autres qui vont devoir se charger de l'exécuter.
Le Gueven s'oppose à ce qu'il considère être une parodie de justice. Il semble parvenir à ébranler les autres, aucun ne paraissant prêt à assumer personnellement l'exécution du coupable.
Pour les convaincre, Renaud égrène une liste de résistants qui furent tués par les Allemands. Soudain, un coup de feu éclate : Marie-Octobre a exécuté le traître.
Elle téléphone à la gendarmerie pour l'informer qu'elle a tué un homme.






Danielle Darrieux est Marie-Octobre


De gauche à droite : Noël Roquevert, Danielle Darrieux, Serge Reggiani, Bernard Blier et Daniel Ivernel


Au centre : Paul Meurisse


Bernard Blier est Simoneau


Robert Dalban est Blanchet


De gauche à droite : Paul Meurisse, Paul Guers et Noël Roquevert


Noël Roquevert est Van Damme


Daniel Ivernel est Thibaud


Paul Frankeur est Marinval





Hédy Sellami

acteurs et actrices | compositeurs et compositrices de musiques | producteurs, productrices, compagnies, studios | réalisateurs et réalisatrices | techniciens et techniciennes | théoriciens (ennes), historiens (ennes) du cinéma | Scénaristes et dialoguistes

Plus de 1 400 liens cinéma !

Plus de 1 400 liens cinéma !


Eclairages est, à notre connaissance, le seul support à répertorier un aussi grand nombre de sites consacrés au septième art, qui plus est classés par thèmes, continents, pays, ordre alphabétique.













La banque Nemo, un film d'une brûlante actualité



Réalisé vers 1934, l'opus de Marguerite Viel retrace l'ascension sociale d'un arriviste qui ne recule devant aucune manoeuvre pour parvenir au sommet.

Ce n'est peut-être pas un chef-d'oeuvre, mais il est au moins une scène qu'il faut voir, aujourd'hui en 2013, tant elle paraît d'actualité : le conseil des ministres (notre extrait). A l'époque, cette scène, qui montre ces messieurs sous leur jour véritable, aurait d'ailleurs été censurée, coupée.

Certains prétendront que nous sommes dans la caricature : au contraire, il nous paraît que nous sommes encore au-dessous de la réalité, de notre réalité.

Toute ressemblance avec des personnages et des faits existant aujourd'hui constitue, sans doute, une coïncidence ...

Il n'empêche que l'on croirait entendre parler d'affaires actuelles, récentes, quand, par exemple, le président du Conseil rappelle au ministre des colonies qu'il a concédé des terrains à l'affairiste alors que ses subordonnés le lui avaient déconseillé; ou lorsque la question est posée de savoir comment le banquier véreux peut être en possession de documents qui auraient dû rester entre les mains du même ministre ...

Frappants échos encore avec la situation actuelle quand on rappelle au président du Conseil qu'il a plaidé pour le banquier il y a six mois ...

Aura-t-on la cruauté de remarquer aussi combien est ressemblant ce personnage d'imbécile qui tient à son poste parce qu'il est ministre pour la première fois, et depuis si peu de temps, alors qu'il était député depuis quinze ans ...

Oui, tout cela ressemble horriblement à ce qu'aujourd'hui, nous vivons en pire ...







Alfred sur les traces d'Agatha ?

Alfred sur les traces d'Agatha ?

Eclairages vous présente une nouvelle étude sur Hitchcock. Intéressons-nous plus particulièrement à ses rapports avec une Anglaise célèbre ... "la reine du crime" ... Agatha Christie. Nous allons voir que plusieurs films du cinéaste présentent d'étranges ressemblances avec certains livres de sa compatriote.





Quand Kurosawa fait appel à Ravel







Le récit de la femme violentée dans 羅生門 (Rashomon) est accompagné d'une partition inspirée du célèbre Boléro.

Démonstration en images et en musique avec l'extrait du film et le final de l'opus ravélien.













22 de nos 331 extraits de films

Répertoire des films noirs américains



Eclairages met en ligne un répertoire des films noirs américains, classés par compagnie cinématographique et par ordre alphabétique.

Pour chaque film, le générique, le résumé, des photogrammes et un ou plusieurs extraits.

Le répertoire sera progressivement enrichi.









Paramount


RKO


Twentieth Century Fox


Universal