Hédy Sellami présente
Recherche

Extraits à venir sur Eclairages



Parmi les films dont nous mettrons des séquences en ligne prochainement :

Miss Mend, de Barnet et Ozep

Les mondes futurs, sur un scénario de HG Wells

Othello, d'Orson Welles

Le chevalier à la rose, de Robert Wiene

The dragon painter, avec Sessue Hayakawa






Covid-19 : tous vos droits. Tome 1 : La vaccination



Le Covid-19 a remis sur le devant de la scène les questions juridiques liées à la vaccination en général.

Le lecteur trouvera dans cet ouvrage les réponses à toutes ces questions, avec la réglementation et la jurisprudence concernant les vaccins contre le Coronavirus, l'hépatite B, la polio, le tétanos, la diphtérie etc.

L'Etat a-t-il le droit de rendre certaines vaccinations obligatoires ? Cela est-il compatible avec la Constitution française, la Convention européenne des droits de l'Homme, ou le respect de la vie privée ?

L'Etat a-t-il le droit d'inciter les gens à se faire vacciner ?

L'Etat peut-il être jugé responsable s'il persiste à imposer une vaccination qui provoque des effets secondaires graves dans un nombre anormalement élevé de cas ?

Quand une vaccination est légalement obligatoire, les rappels sont-ils obligatoires aussi ?

Un arrêté ministériel peut-il définir les contre-indications médicales reconnues pour une vaccination obligatoire ?

Si je ne fais pas administrer à mes enfants les vaccinations obligatoires, puis-je être condamné pénalement ?

Si mes enfants n'ont pas reçu les vaccins légalement obligatoires, a-t-on le droit de les refuser à l'école ou dans une crèche ?

La vaccination de nos enfants mineurs nécessite-t-elle l'autorisation des deux parents ? La règle est-elle la même pour le Covid-19 et pour d'autres maladies ?

Puis-je être déclaré inapte physiquement à une fonction publique si j'ai une contre-indication médicale à une vaccination obligatoire ?

Dans certains cas, peut-on être considéré comme inapte à un emploi si l'on se soustrait à une vaccination facultative ?

Si je refuse de recevoir un vaccin légalement obligatoire dans le cadre de mon travail, mon employeur a-t-il le droit de me licencier ?
La réponse est-elle la même pour tous les vaccins ?

Selon la jurisprudence, ma suspension suite à mon refus de subir le « vaccin Covid » légalement obligatoire, est-elle licite ?

Le passe « vaccinal » respecte-t-il la Convention européenne des droits de l'Homme ?

Si un vaccin légalement obligatoire dans le cadre de mon travail, me cause des dommages, puis-je faire reconnaître ce préjudice comme un accident du travail ?

Si je subis des dommages à cause d'une vaccination non obligatoire, puis-je obtenir des dommages-intérêts ?

Quelle procédure dois-je suivre pour obtenir réparation en cas de dommages vaccinaux ?
Qui est responsable : le professionnel de santé qui m'a vacciné, ou le fabricant du vaccin ?
Dans quels délais dois-je agir ?

Les proches d'une victime de dommages vaccinaux, ont-ils droit à des dommages-intérêts ?

Comment sont calculés les dommages-intérêts en cas de préjudice vaccinal ? La réparation est-elle forfaitaire, ou dépend-elle de chaque cas ?

Comment obtenir un dédommagement si je subis un préjudice à cause de l'une des valences d'un vaccin polyvalent ?

Si j'ai obtenu réparation pour des dommages vaccinaux, mais qu'ensuite, mon préjudice s'aggrave, puis-je demander une indemnisation pour cette aggravation ?

Quels critères les juges utilisent-ils pour décider si un vaccin est bien responsable d'une pathologie ? Faut-il que cette pathologie apparaisse dans un certain délai après l'injection ?

Les vaccins avec adjuvants aluminiques sont-ils autorisés ?

Si j'ai effectué ma « vaccination Covid » , suis-je quand même obligé de me soumettre aux confinements et couvre-feux ?

Dans certains cas, les autorités pourraient-elles infliger des amendes aux personnes n'ayant pas reçu le « vaccin Covid » ?

Les réponses à ces questions et à beaucoup d'autres, avec la législation en vigueur, les dispositions contenues dans la Convention européenne des droits de l'Homme, la Constitution française, le Code de la santé publique, le Code de déontologie médicale, le Code du travail, le Code civil ou le Code pénal, et les principes posés par plus de 270 décisions de la Cour de cassation, de conseils de prud'hommes, du Conseil d'Etat, de Cours administratives d'appel, des juridictions européennes et du Conseil constitutionnel.

En prime : la reproduction intégrale de décisions emblématiques du Conseil constitutionnel, de la Cour européenne des droits de l'Homme, de la Cour de Justice de l'Union Européenne, de la Cour de cassation et du Conseil d'Etat sur la vaccination des enfants, les vaccins polyvalents, le lien de causalité entre une injection et une pathologie, la responsabilité des professionnels de santé, le consentement du patient, l'accord ou non des deux parents pour la vaccination d'un mineur, ou encore les dommages provoqués par une vaccination obligatoire dans le cadre du travail.

Bonus : en intégralité, une Recommandation et trois Résolutions de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe sur les vaccinations et la santé publique.

Une étude complète sur le droit de la vaccination, indispensable pour tous les citoyens, les juristes, les avocats, les conseillers prud'hommes, les salariés soumis à une obligation vaccinale et leurs employeurs, les professionnels de santé, les parents, les victimes d'accidents vaccinaux, ou encore les militants associatifs.


Hédy Sellami n'est pas seulement le créateur d'Eclairages.
Diplômé en droit public et droit international, il a écrit pendant plusieurs années pour la rubrique juridique d'un hebdomadaire, et pour une revue mensuelle traitant de droit social.
Il a également rédigé des dossiers pour une maison d'édition spécialisée en droit du travail, ainsi que des articles juridiques pour un magazine et pour deux sites internet destinés au grand public.

Il connaît bien en particulier les problématiques liées aux libertés, au droit administratif, au droit social, au droit international.




330e filmographie

Affiche du film Fantômas (1932) de Paul Féjos

Deux partitions pour une grève


Стачка (La grève, 1925) d'Eisenstein, peut être visionné en deux copies, avec deux musiques différentes.

L'une (ci-dessus) a été composée récemment par Pierre Jodlowski pour la cinémathèque de Toulouse. L'autre (ci-dessous) est constituée de morceaux signés Chostakovitch pour une restauration soviétique de 1969.

C'est l'occasion de constater à quel point l'accompagnement sonore d'un film muet en modifie la perception.






Pour la diffusion de films muets à la télévision publique



Quoi qu'en disent certains, la connaissance et la publication des films muets restent faibles, fragmentaires.

C'est particulièrement le cas des films français.

Voici qui est tout de même stupéfiant : on ne peut trouver en DVD qu'une infime minorité des oeuvres les plus marquantes signées par les cinéastes les plus célèbres : Gance, Dulac, L'Herbier, Antoine, Epstein (1) ...

Il faut parfois chercher chez des éditeurs étrangers pour dénicher une oeuvre !

Et ne parlons pas des réalisateurs davantage négligés encore : les Roussel, les Kemm, les Lion, les Hervil, les Poirier ...

N'est-il pas pour le moins étrange que ces cinégraphistes soient littéralement interdits d'antenne dans leur propre pays ?

Pour ne citer que ce seul exemple, combien de films signés Baroncelli la télévision française a-t-elle diffusés depuis qu'elle existe ?

Il ne serait pas scandaleux qu'une chaîne publique projette, ne serait-ce qu'une fois par mois, un film français muet.

Cela n'apparaîtrait tout de même pas disproportionné par rapport au nombre de gens intéressés, certes faible.

France 5 diffusant déjà des documentaires, France 3 le Cinéma de minuit, France 2 (irrégulièrement et très tard) le Ciné-club, France 4 pourrait être tenue de respecter ce minimum que l'on serait en droit d'attendre du service public.


(Notre illustration : Monte-Cristo (1929) de Fescourt : le crime dans l'auberge).




(1) ajouté le 29 mai 2014 : Epstein fait maintenant l'objet d'une édition en dvd.

(2) ajouté le 21 septembre 2018 : les programmes changeant constamment, France 5 diffuse actuellement - mais pour combien de temps ? - des classiques le lundi soir. Quant au ciné-club de France 2, il a été supprimé il y a bien longtemps … Cela étant, toujours pas de films muets en vue ... On peut se demander pourquoi la télévision publique ne passerait pas les films muets que l'on peut voir par exemple à la cinémathèque française ou à la Fondation Seydoux/Pathé; peut-être est-ce une question de droits ...


Orson Welles réalisateur

1915-1985



Orson Welles, américain, fut réalisateur, mais également acteur.

Vous trouverez ci-dessous la liste des principaux films qu'il a signés, hormis les bandes pour la télévision. Welles a probablement participé à la réalisation d'autres oeuvres, dans lesquelles il est censé n'avoir été que comédien.

Cette filmographie a été enrichie le 30 juin 2019 avec la fiche du film La dame de Shanghaï; le 5 novembre 2010 avec deux extraits de Mr Arkadin; et le 11 juillet 2009 avec un extrait du Criminel.




Années 30 : premières tentatives

Orson Welles
1934




Hearts of age

Court métrage qui aurait été réalisé en collaboration avec William Vance.





1938



Too much Johnson

Court métrage dans lequel joue, notamment, l'acteur Joseph Cotten; celui-ci, plus tard, sera l'un des principaux protagonistes de Citizen Kane et de La splendeur des Amberson.




1941 : un coup d'essai qui est un coup de maître

Une affiche de Citizen Kane
Citizen Kane

an RKO Radio Picture
A Mercury Production by Orson Welles (Une production Mercury par Orson Welles)
Distribué par RKO Radio Pictures
Direction-production : Orson Welles

Scénario original : Herman J. Mankiewicz et Orson Welles
Photographie : Gregg Toland
Effets spéciaux : Vernon L. Walker
Art director : Van Nest Polglase (associé : Perry Ferguson)
Montage : Robert Wise
Enregistrement : Bailey Fesler et James G. Stewart
Musique composée et dirigée par Bernard Herrmann

Avec :

Orson Welles : le milliardaire Kane
Joseph Cotten : le meilleur ami de Kane
Agnes Moorehead : une parente de Kane
Buddy Swan : Kane à l'âge de huit ans
Dorothy Comingore : l'ancienne épouse de Kane

Magnat de la presse, le milliardaire Kane meurt en prononçant le mot "Rosebud". Que signifie cette énigme ? Un journaliste tente de percer le mystère et de reconstituer la personnalité du défunt en interrogeant différents individus qui l'ont connu.

Le film le plus réputé de Welles.
Il est banal de souligner notamment l'utilisation que le cinéaste y a faite de la profondeur de champ.




1942 : après la profondeur de champ, les plans-séquences

Une affiche de The magnificent Ambersons
The magnificent Ambersons (La splendeur des Amberson)

an RKO Radio Picture (Un film RKO)
A Mercury Production par Orson Welles (Une production Mercury par Orson Welles)
Production Mercury

Scénario : Orson Welles
D'après un roman de Booth Tarkington
Chef opérateur : Stanley Cortez
Décors : Mark Lee Kirk
Montage : Robert Wise
Effets spéciaux : B. Walker
Prise de son : B. Fesler et James G. Stewart
Musique : Bernard Herrmann

Avec :

Tim Holt : George
Anne Baxter : Lucy
Joseph Cotten : Eugene
Dolores Costello : Isabelle
Agnes Moorehead : Fanny, parente de George
Ray Collins : Jack

Jeune aristocrate, George se heurte aux changements de la société et à son industrialisation.




De 1942 à 1948

Une affiche du film The stranger (Le criminel)
1942



It's all true

Un film Paramount inachevé, qui a fait l'objet d'une "reconstitution" à partir des scènes qui avaient été tournées.





1943



Journey into fear (Voyage au pays de la peur)

Scénario : Orson Welles et Joseph Cotten
Image : Karl Struss

Avec :

Orson Welles
Joseph Cotten
Everett Sloane




1946



The stranger (Le criminel)



Pour le générique et un extrait du Criminel, cliquez
ICI





1948


Macbeth






La dame de Shanghaï (1947)

Affiche du film La dame de Shanghaï
The lady from Shanghai (La dame de Shanghaï)


Pour le résumé, le générique et un extrait de La dame de Shanghaï, cliquez
ICI



Sur les rapports entre ce film et L'entreprenant monsieur Petrov, voir notre article De Fred Astaire à Orson Welles






Orson Welles réalisateur
1950



Le miracle de sainte Anne




1952



Othello




1955



Don Quichotte

Inachevé.





Confidential report (Dossiers secrets); intitulé aussi Mr Arkadin (Monsieur Arkadin)

Film organisation SA en co-production avec Cervantes Films, Sevilla Films Studios (Madrid)

Photographie : Jean Bourgoin
Montage : Renzo Lucidi
Assistant monteur : Colette Cueille
Son : Jacques Lebreton
Enregistrement : Jacques Carrere
Assistants réalisateurs : Jose Mario Ochoa; De La Serna; Ferri
Cameramen : Louis Stein, Paul Rodier
Effets spéciaux : LAX
Musique : Paul Misraki
Producteur : Louis Dolivet
Histoire originale, scénario, réalisation : Orson Welles

Avec :

Orson Welles, Tamiroff, Grégoire Aslan, Patricia Medina, Peter Van Eyck, Suzanne Flon, Katina Pascinou, Paola Mori, Gert Frobe, Mischa Auer, Jack Watling, Michael Redgrave, O'Brady, Tamara Shane, Robert Arden


Mr Arkadin est un milliardaire au passé énigmatique. Un homme sans le sou tente d'utiliser sa fille pour l'approcher et, surtout, le soumettre à un chantage. Arkadin charge alors notre homme d'enquêter sur son passé et de retrouver les gens qui l'ont connu avant qu'il ne devienne un personnage important. En effet, il prétend ignorer qui il est vraiment, qui il a été. Mais toutes les personnes que le détective improvisé retrouve, sont tuées ...



Pour deux extraits de Mr Arkadin, cliquez
ICI





Saint-Germain-des-Prés, documentaire sur le fameux quartier parisien.]b




Une affiche de La soif du mal
1958




Touch of evil (La soif du mal)

Avec :

Orson Welles : le policier corrompu
Janet Leigh et Charlton Heston incarnant le couple victime


Sombre histoire mettant en scène un "flic pourri" qui va tenter de salir un supérieur en organisant une machination.

A noter que la version soi-disant "complète" de ce film est, en réalité, la plus éloignée de ce que Welles a voulu.
Les producteurs ayant visionné ce qu'Orson avait fait, n'en ont pas été satisfaits. Ils ont donc rappelé les deux interprètes principaux, Janet Leigh et Charlton Heston, afin de tourner de nouvelles scènes. Celles-ci n'ont pas été réalisées par Welles. C'est le cas, notamment, d'une conversation entre Heston et Leigh en voiture, avec une transparence qui défile derrière eux. Cette transparence est contestée : en effet, dans une autre scène de voiture, qui, elle, est bien de Welles, ce dernier a, précisément, évité ce procédé; il a préféré montrer Charlton Heston conduisant vraiment une voiture dans un véritable paysage.




1962




The trial (Le procès), d'après Kafka


Alexander Salkind présente "The trial"

Une co-production Paris-Europa Productions Paris
Hisa Films Munich
FI.C.IT Rome
Exterior locations :
Globus-Dubrava Zagreb

Filmé aux studios de Boulogne, laboratoires Franay L.T.C. St Cloud
Effets spéciaux : LAX
Enregistrement Optiphone
Son : Guy Villette
Mixage sonore : Jacques Lebreton
Musique : Jean Ledrut; et Tomaso Albinoni (1671-1750)

Art director : Jean Mandaroux
Montage : Fritz H. Mueller
Directeur de la photographie : Edmond Richard
Opérateur caméra : Adolphe Charlet; assistant cameraman : Max Dulac
Production photographe : Roger Corbeau
Assistant réalisateur : Marc Maurette
Assistant au directeur de la production : Paul Laffargue
Maquillage : Louis Dor
Production manager : Robert Florat
Producteur exécutif : Michael Salkind
Les scènes du prologue par Alexandre Alexeieff et Claire Parker on the "Pin-screen"

Avec :

Anthony Perkins
Orson Welles
Madeleine Robinson
Jeanne Moreau
Suzanne Flon
Romy Schneider
Fernand Ledoux
Akim Tamiroff
Elsa Martinelli
Wolfgang Reichmann
Michael Lonsdale





1965



Chimes at midnight (Falstaff)

Scénario : Orson Welles, d'après Shakespeare

Avec :

Orson Welles
John Gielgud
Jeanne Moreau






1967



The immortal story (Une histoire immortelle)

Une co-production ORTF et Albina Films
Directeur de la photographie : Willy Kurant
Cameramen : Jean Orjollet et Jacques Assuerus
Editing (Montage) : Yolande Maurette, Marcelle Pluet, Françoise Garnault, Claude Farny
Assistants au metteur en scène : Olivier Gérard, Tony Fuentes, Patrice Torok
Pièces de piano : Erik Satie; jouées par Aldo Ciccolini et Jean-Noël Barbier

Avec :

Orson Welles : monsieur Clay
Jeanne Moreau : Virginie
Roger Coggio : Elishama
Norman Eshley : Paul




1970



The deep

Avec :

Orson Welles
Jeanne Moreau




1972



The other side of the wind

Scénario : Orson Welles


Film inachevé.






1974



F for fake (Vérités et mensonges)

Avec :

Orson Welles
Joseph Cotten




1978



Filming Othello



Pour Orson Welles acteur, cliquez
ICI





Orson Welles réalisateur

Hédy Sellami, eclairages.com.fr

acteurs et actrices | compositeurs et compositrices de musiques | producteurs, productrices, compagnies, studios | réalisateurs et réalisatrices | techniciens et techniciennes | théoriciens (ennes), historiens (ennes) du cinéma | Scénaristes et dialoguistes

Plus de 1 400 liens cinéma !

Image du film Bus stop (1956) de Joshua Logan


Eclairages est, à notre connaissance, le seul support à répertorier un aussi grand nombre de sites consacrés au septième art, qui plus est classés par thèmes, continents, pays, ordre alphabétique.

La page consacrée aux acteurs dont les noms vont de A à M, a été mise à jour le 12 mai 2021.









La banque Nemo, un film d'une brûlante actualité



Réalisé vers 1934, l'opus de Marguerite Viel retrace l'ascension sociale d'un arriviste qui ne recule devant aucune manoeuvre pour parvenir au sommet.

Ce n'est peut-être pas un chef-d'oeuvre, mais il est au moins une scène qu'il faut voir, aujourd'hui en 2013, tant elle paraît d'actualité : le conseil des ministres (notre extrait). A l'époque, cette scène, qui montre ces messieurs sous leur jour véritable, aurait d'ailleurs été censurée, coupée.

Certains prétendront que nous sommes dans la caricature : au contraire, il nous paraît que nous sommes encore au-dessous de la réalité, de notre réalité.

Toute ressemblance avec des personnages et des faits existant aujourd'hui constitue, sans doute, une coïncidence ...

Il n'empêche que l'on croirait entendre parler d'affaires actuelles, récentes, quand, par exemple, le président du Conseil rappelle au ministre des colonies qu'il a concédé des terrains à l'affairiste alors que ses subordonnés le lui avaient déconseillé; ou lorsque la question est posée de savoir comment le banquier véreux peut être en possession de documents qui auraient dû rester entre les mains du même ministre ...

Frappants échos encore avec la situation actuelle quand on rappelle au président du Conseil qu'il a plaidé pour le banquier il y a six mois ...

Aura-t-on la cruauté de remarquer aussi combien est ressemblant ce personnage d'imbécile qui tient à son poste parce qu'il est ministre pour la première fois, et depuis si peu de temps, alors qu'il était député depuis quinze ans ...

Oui, tout cela ressemble horriblement à ce qu'aujourd'hui, nous vivons en pire ...







Quand Kurosawa fait appel à Ravel



Le récit de la femme violentée dans 羅生門 (Rashomon) est accompagné d'une partition inspirée du célèbre Boléro.

Démonstration en images et en musique avec l'extrait du film et le final de l'opus ravélien.













27 de nos 705 extraits de films

Répertoire des films noirs américains

Eclairages met en ligne un répertoire des films noirs américains, classés par compagnie cinématographique et par ordre alphabétique.

Pour chaque film, le générique, le résumé, des photogrammes et un ou plusieurs extraits.

Le répertoire sera progressivement enrichi.












Columbia


International Pictures


Metro Goldwyn Mayer (MGM)


Paramount


RKO


Twentieth Century Fox


Universal


Warner Bros