Hédy Sellami présente
Recherche

Extraits à venir sur Eclairages

Extraits à venir sur Eclairages
Parmi les films dont nous mettrons des séquences en ligne prochainement :

Miss Mend, de Barnet et Ozep

Les mondes futurs, sur un scénario de HG Wells

Coeurs en lutte, de Fritz Lang

Le village du péché, d'Iwan Prawow et Olga Preobrashenskaja

Othello, d'Orson Welles

Le chevalier à la rose, de Robert Wiene

The dragon painter, avec Sessue Hayakawa






Du Dibbouk à Une place au soleil

Du Dibbouk à Une place au soleil


Eclairages vous propose une sélection de séances, avec aussi Maurice Tourneur; et Une femme de Tokyo en ciné-concerts; un festival japonais; des films italiens; Jacques Prévert; William Wyler; Dreyer; Elia Kazan; Le livre de la jungle; ou encore Le Roi des rois.

Cliquez ICI










Pour la diffusion de films muets à la télévision publique


Quoi qu'en disent certains, la connaissance et la publication des films muets restent faibles, fragmentaires.

C'est particulièrement le cas des films français.

Voici qui est tout de même stupéfiant : on ne peut trouver en DVD qu'une infime minorité des oeuvres les plus marquantes signées par les cinéastes les plus célèbres : Gance, Dulac, L'Herbier, Antoine, Epstein (1) ...

Il faut parfois chercher chez des éditeurs étrangers pour dénicher une oeuvre !

Et ne parlons pas des réalisateurs davantage négligés encore : les Roussel, les Kemm, les Lion, les Hervil, les Poirier ...

N'est-il pas pour le moins étrange que ces cinégraphistes soient littéralement interdits d'antenne dans leur propre pays ?

Pour ne citer que ce seul exemple, combien de films signés Baroncelli la télévision française a-t-elle diffusés depuis qu'elle existe ?

Il ne serait pas scandaleux qu'une chaîne publique projette, ne serait-ce qu'une fois par mois, un film français muet.

Cela n'apparaîtrait tout de même pas disproportionné par rapport au nombre de gens intéressés, certes faible.

France 5 diffusant déjà des documentaires, France 3 le Cinéma de minuit, France 2 (irrégulièrement et très tard) le Ciné-club, France 4 pourrait être tenue de respecter ce minimum que l'on serait en droit d'attendre du service public.


(Notre illustration : Monte-Cristo (1929) de Fescourt : le crime dans l'auberge).




(1) ajouté le 29 mai 2014 : Epstein fait maintenant l'objet d'une édition en dvd.


288e filmographie

288e filmographie

Deux partitions pour une grève



Стачка (La grève, 1925) d'Eisenstein, peut être visionné en deux copies, avec deux musiques différentes.

L'une (ci-dessus) a été composée récemment par Pierre Jodlowski pour la cinémathèque de Toulouse. L'autre (ci-dessous) est constituée de morceaux signés Chostakovitch pour une restauration soviétique de 1969.

C'est l'occasion de constater à quel point l'accompagnement sonore d'un film muet en modifie la perception.






Wu Yonggang (1907/1982)

1907-1982

Wu Yonggang est un cinéaste chinois - plus particulièrement de Shanghaï - qui serait né en 1907 et mort en 1982. En tant que réalisateur, son oeuvre la plus connue en Occident est peut-être La divine.
Wu Yonggang aurait également participé à des films comme scénariste et même comme décorateur.
Cette filmographie a été enrichie le 30 septembre 2007 avec le résumé de Lumière maternelle, film muet dont Wu Yonggang aurait signé les décors.




Les années 30


1933



Muxin gzhi guang (Lumière maternelle), de Bu Wancang

Sauf erreur, ce film muet aurait été produit par la compagnie Lianhua. Wu Yonggang ne l'a pas réalisé mais il en aurait signé les décors.


Shao Mei est une jeune fille de Shanghaï que son père (adoptif), cupide, encourage dans le métier de chanteuse/danseuse genre frivole. Il l'incite à cultiver des relations mondaines afin de se pousser dans la carrière et de gagner de l'argent. Sa mère, elle, désapprouve ce qu'elle considère être une manière de se mettre au service des riches. Et ce, d'autant plus que cela ne correspond pas du tout à ce qu'était le vrai père de Shao Mei : apparemment, un révolté (voire un révolutionnaire), qui a dû fuir alors que Shao Mei était encore toute petite, parce qu'il risquait d'être arrêté. Justement, voici qu'il fait sa réapparition. On le présente à Shao Mei. Elle ignore que c'est son vrai père, et il refuse qu'on le lui révèle. Ce qui ne l'empêche pas d'espérer qu'elle chantera aussi pour les opprimés.
Contre l'avis de sa maman, Shao Mei épouse Huan, le fils d'un riche industriel de Nan Yang. Semble-t-il, tous ignorent que, justement, le vrai père de Shao Mei a travaillé, naguère, pour le papa de Huan, qui lui a fait subir des mauvais traitements, comme à tous ses ouvriers (fouet, prison).
Shao Mei et Huan partent vivre à Nan Yang.
La jeune femme désapprouve l'esclavage auquel sont soumis les salariés.
Le temps passe. Shao Mei accouche, d'une fille. Elle est malade.
Huan la délaisse et prend une maîtresse, une autre chanteuse/danseuse.
Shao Mei envoie un télégramme à sa mère afin qu'elle vienne la voir. Le père adoptif de Shao Mei refuse de donner l'argent du voyage. C'est le vrai père qui se débrouille pour trouver cet argent.
Au chevet de sa fille, la mère lui avoue qui est son vrai papa.
Shao Mei se rétablit. Elle obtient le divorce d'avec Huan et repart à Shanghaï avec sa mère et sa fille.
Toutes trois s'installent chez le vrai père de Shao Mei, à qui on apprend que celle-ci connaît maintenant la vérité.
Lorsque le père adoptif vient demander à Shao Mei de revenir avec lui, elle lui jette à la figure qu'il n'est pas son papa, le gifle et le chasse.
Shao Mei devient institutrice dans l'école populaire où enseigne son vrai père.
Son bébé tombe malade. Un médecin finit par dire qu'on ne peut rien pour la petite, qui a attrapé la syphilis de son père, Huan. C'est ainsi que se termine le film dans la version que nous avons vue (était-elle complète ?).

Source : copie projetée à la cinémathèque française le 29 septembre 2007.







1934



Shen nu (La divine)

Compagnie Lianhua, Studio n°1 de Shanghaï
Producteur : Luo Mingyou
Directeur de production : Li Minwei
Directeur de la photographie : Hong Weilie
Décors : Wu Yonggang
Scénario : Wu Yonggang

Avec :

Ruan Lingyu : la Divine
Zhang Zhizhi : le souteneur
Li Junpan
Li Keng


Le film commence par un texte qui dit, selon la traduction française :
"La Divine se débat dans le tourbillon de la vie. Dans les rues, la nuit, elle est une humble prostituée. Quand elle prend son enfant dans ses bras, elle est une mère pure. Dans ces deux vies, elle fait preuve d'une grande dignité".

Une femme est contrainte à la prostitution pour nourrir son fils







1935



Xiao tanshi (Petits anges)

Production : Lianhua

Avec Li Chuchu, Wang Renmei et Liu Qiong





1936



Lang taosha (L'île déserte)

Production : Lianhua

Avec Jin Yan




Zhuangzhi lingyu (Un idéal grandiose)

Production : Xinhua

Avec Zhang Zhizhi, Wang Renmei et Jin Yan





1938



Huanghai dadao (Le bandit de la mer jaune)

Production : Xinhua

Avec Zang Zhizhi, Wang Renmei et Tian Fang




Yanzhi lei (Le fard et les larmes), remake de La divine

Production : Xinhua

Avec Zhang Zhizhi et Hu Die






Lihen tian (La haine)

Production : Huaxin

Avec Zhang Zhizhi, Wang Renmei et Liu Qiong







Si pan jinlian

Production : Xinhua

Avec Yuan Meiyun






Wugu wushu tuan (La ligue des arts martiaux sans raison)

Production : Xinhua

Avec Han Langen







Linchong xueye jian chou ji (Une nuit neigeuse, Linchong extermine ses ennemis)

Production : Huaxin

Avec Zhang Zhizhi et Jin Yan




Les années 40



1940



Yue Fei zhong baoguo (Yue Fei se dévoue fidèlement à sa patrie)

Production : Xinhua

Avec Zhang Zhizhi et Liu Qiong







Huagui nu (La reine de beauté)

Production : Huacheng

Avec Liu Qiong et Han Langen






Hongfen jinge (Fard rouge, hallebarde d'or)

Production : Jinxing





Zhongguo baixue gongzhu (Blanche-Neige de Chine)

Production : Huaxin

Avec Han Langen





1941



Zhandi qinghua (L'amour sur les champs de bataille)

Production : Huaxin





Teichuang honglei (Les larmes de sang de la prison)

Production : Xinhua

Avec Chen Yanyan





Modeng diyu (L'enfer moderne)

Production : Huacheng

Avec Han Langen






Jia (La famille)

Autres réalisateurs : Bu Wancang, Li Pingqian ...

Production : Zhonglian

Avec Chen Yanyan, Han Langen, Hu Die






1946



Zhongyi zhi jia (Une famille fidèle)

Production : Studio central numéro 2

Avec Liu Qiong






1947



Ying chun qu (Prélude au printemps)

Production : Daye

Avec Zhang Zhizhi






Zhongshen dashi (Grande affaire du mariage)

Production : Studio central numéro 1






1948



Tiandu qingshan (Amour maternel)

Production : Studio central numéro 1




Les années 50



1950



Yaoyuan de xiangcun (Un village éloigné)






1955



Hasen yu Jamila (Hassan et Jamila)

Production : Studios de Shanghaï






1956



Qiuweng yu xian ji (Qiuweng rencontre une fée)

Production : Studios de Shanghaï

Avec Zhang Zhizhi




Les années 60


1962



Biyu zan (L'épingle de jade), film d'opéra

Production : Studios de Haiyan







1963



You sanjie, film d'opéra





Les années 70 et 80


1978



Liu sanjie, film d'opéra

Production : Studios de Guangxi







1979



Cha tong xi zhu (Le jeune garçon se moque du patron)






1980



Bashan ye yu (Nuit pluvieuse à Bashan)

Co-réalisé par Wu Yigong

Production : Studios de Shanghaï

Avec Zhang Yu







1981



Chu tian feng yun (Epoque troublée dans le Hubei)

Co-réalisé par Li Zhanggong

Production : Studios de Shanghaï





Hédy Sellami, eclairages.com.fr

acteurs et actrices | compositeurs et compositrices de musiques | producteurs, productrices, compagnies, studios | réalisateurs et réalisatrices | techniciens et techniciennes | théoriciens (ennes), historiens (ennes) du cinéma | Scénaristes et dialoguistes

Plus de 1 400 liens cinéma !

Plus de 1 400 liens cinéma !


Eclairages est, à notre connaissance, le seul support à répertorier un aussi grand nombre de sites consacrés au septième art, qui plus est classés par thèmes, continents, pays, ordre alphabétique.













La banque Nemo, un film d'une brûlante actualité



Réalisé vers 1934, l'opus de Marguerite Viel retrace l'ascension sociale d'un arriviste qui ne recule devant aucune manoeuvre pour parvenir au sommet.

Ce n'est peut-être pas un chef-d'oeuvre, mais il est au moins une scène qu'il faut voir, aujourd'hui en 2013, tant elle paraît d'actualité : le conseil des ministres (notre extrait). A l'époque, cette scène, qui montre ces messieurs sous leur jour véritable, aurait d'ailleurs été censurée, coupée.

Certains prétendront que nous sommes dans la caricature : au contraire, il nous paraît que nous sommes encore au-dessous de la réalité, de notre réalité.

Toute ressemblance avec des personnages et des faits existant aujourd'hui constitue, sans doute, une coïncidence ...

Il n'empêche que l'on croirait entendre parler d'affaires actuelles, récentes, quand, par exemple, le président du Conseil rappelle au ministre des colonies qu'il a concédé des terrains à l'affairiste alors que ses subordonnés le lui avaient déconseillé; ou lorsque la question est posée de savoir comment le banquier véreux peut être en possession de documents qui auraient dû rester entre les mains du même ministre ...

Frappants échos encore avec la situation actuelle quand on rappelle au président du Conseil qu'il a plaidé pour le banquier il y a six mois ...

Aura-t-on la cruauté de remarquer aussi combien est ressemblant ce personnage d'imbécile qui tient à son poste parce qu'il est ministre pour la première fois, et depuis si peu de temps, alors qu'il était député depuis quinze ans ...

Oui, tout cela ressemble horriblement à ce qu'aujourd'hui, nous vivons en pire ...







Alfred sur les traces d'Agatha ?

Alfred sur les traces d'Agatha ?

Eclairages vous présente une nouvelle étude sur Hitchcock. Intéressons-nous plus particulièrement à ses rapports avec une Anglaise célèbre ... "la reine du crime" ... Agatha Christie. Nous allons voir que plusieurs films du cinéaste présentent d'étranges ressemblances avec certains livres de sa compatriote.





Quand Kurosawa fait appel à Ravel







Le récit de la femme violentée dans 羅生門 (Rashomon) est accompagné d'une partition inspirée du célèbre Boléro.

Démonstration en images et en musique avec l'extrait du film et le final de l'opus ravélien.













21 de nos 330 extraits de films

Répertoire des films noirs américains



Eclairages met en ligne un répertoire des films noirs américains, classés par compagnie cinématographique et par ordre alphabétique.

Pour chaque film, le générique, le résumé, des photogrammes et un ou plusieurs extraits.

Le répertoire sera progressivement enrichi.









Paramount


RKO


Twentieth Century Fox


Universal