Hédy Sellami présente
Recherche

Extraits à venir sur Eclairages



Parmi les films dont nous mettrons des séquences en ligne prochainement :

Miss Mend, de Barnet et Ozep

Les mondes futurs, sur un scénario de HG Wells

Othello, d'Orson Welles

Le chevalier à la rose, de Robert Wiene

The dragon painter, avec Sessue Hayakawa






Covid-19 : tous vos droits. Tome 1 : La vaccination



Le Covid-19 a remis sur le devant de la scène les questions juridiques liées à la vaccination en général.

Le lecteur trouvera dans cet ouvrage les réponses à toutes ces questions, avec la réglementation et la jurisprudence concernant les vaccins contre le Coronavirus, l'hépatite B, la polio, le tétanos, la diphtérie etc.

L'Etat a-t-il le droit de rendre certaines vaccinations obligatoires ? Cela est-il compatible avec la Constitution française, la Convention européenne des droits de l'Homme, ou le respect de la vie privée ?

L'Etat a-t-il le droit d'inciter les gens à se faire vacciner ?

L'Etat peut-il être jugé responsable s'il persiste à imposer une vaccination qui provoque des effets secondaires graves dans un nombre anormalement élevé de cas ?

Quand une vaccination est légalement obligatoire, les rappels sont-ils obligatoires aussi ?

Un arrêté ministériel peut-il définir les contre-indications médicales reconnues pour une vaccination obligatoire ?

Si je ne fais pas administrer à mes enfants les vaccinations obligatoires, puis-je être condamné pénalement ?

Si mes enfants n'ont pas reçu les vaccins légalement obligatoires, a-t-on le droit de les refuser à l'école ou dans une crèche ?

La vaccination de nos enfants mineurs nécessite-t-elle l'autorisation des deux parents ? La règle est-elle la même pour le Covid-19 et pour d'autres maladies ?

Puis-je être déclaré inapte physiquement à une fonction publique si j'ai une contre-indication médicale à une vaccination obligatoire ?

Dans certains cas, peut-on être considéré comme inapte à un emploi si l'on se soustrait à une vaccination facultative ?

Si je refuse de recevoir un vaccin légalement obligatoire dans le cadre de mon travail, mon employeur a-t-il le droit de me licencier ?
La réponse est-elle la même pour tous les vaccins ?

Selon la jurisprudence, ma suspension suite à mon refus de subir le « vaccin Covid » légalement obligatoire, est-elle licite ?

Le passe « vaccinal » respecte-t-il la Convention européenne des droits de l'Homme ?

Si un vaccin légalement obligatoire dans le cadre de mon travail, me cause des dommages, puis-je faire reconnaître ce préjudice comme un accident du travail ?

Si je subis des dommages à cause d'une vaccination non obligatoire, puis-je obtenir des dommages-intérêts ?

Quelle procédure dois-je suivre pour obtenir réparation en cas de dommages vaccinaux ?
Qui est responsable : le professionnel de santé qui m'a vacciné, ou le fabricant du vaccin ?
Dans quels délais dois-je agir ?

Les proches d'une victime de dommages vaccinaux, ont-ils droit à des dommages-intérêts ?

Comment sont calculés les dommages-intérêts en cas de préjudice vaccinal ? La réparation est-elle forfaitaire, ou dépend-elle de chaque cas ?

Comment obtenir un dédommagement si je subis un préjudice à cause de l'une des valences d'un vaccin polyvalent ?

Si j'ai obtenu réparation pour des dommages vaccinaux, mais qu'ensuite, mon préjudice s'aggrave, puis-je demander une indemnisation pour cette aggravation ?

Quels critères les juges utilisent-ils pour décider si un vaccin est bien responsable d'une pathologie ? Faut-il que cette pathologie apparaisse dans un certain délai après l'injection ?

Les vaccins avec adjuvants aluminiques sont-ils autorisés ?

Si j'ai effectué ma « vaccination Covid » , suis-je quand même obligé de me soumettre aux confinements et couvre-feux ?

Dans certains cas, les autorités pourraient-elles infliger des amendes aux personnes n'ayant pas reçu le « vaccin Covid » ?

Les réponses à ces questions et à beaucoup d'autres, avec la législation en vigueur, les dispositions contenues dans la Convention européenne des droits de l'Homme, la Constitution française, le Code de la santé publique, le Code de déontologie médicale, le Code du travail, le Code civil ou le Code pénal, et les principes posés par plus de 270 décisions de la Cour de cassation, de conseils de prud'hommes, du Conseil d'Etat, de Cours administratives d'appel, des juridictions européennes et du Conseil constitutionnel.

En prime : la reproduction intégrale de décisions emblématiques du Conseil constitutionnel, de la Cour européenne des droits de l'Homme, de la Cour de Justice de l'Union Européenne, de la Cour de cassation et du Conseil d'Etat sur la vaccination des enfants, les vaccins polyvalents, le lien de causalité entre une injection et une pathologie, la responsabilité des professionnels de santé, le consentement du patient, l'accord ou non des deux parents pour la vaccination d'un mineur, ou encore les dommages provoqués par une vaccination obligatoire dans le cadre du travail.

Bonus : en intégralité, une Recommandation et trois Résolutions de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe sur les vaccinations et la santé publique.

Une étude complète sur le droit de la vaccination, indispensable pour tous les citoyens, les juristes, les avocats, les conseillers prud'hommes, les salariés soumis à une obligation vaccinale et leurs employeurs, les professionnels de santé, les parents, les victimes d'accidents vaccinaux, ou encore les militants associatifs.


Hédy Sellami n'est pas seulement le créateur d'Eclairages.
Diplômé en droit public et droit international, il a écrit pendant plusieurs années pour la rubrique juridique d'un hebdomadaire, et pour une revue mensuelle traitant de droit social.
Il a également rédigé des dossiers pour une maison d'édition spécialisée en droit du travail, ainsi que des articles juridiques pour un magazine et pour deux sites internet destinés au grand public.

Il connaît bien en particulier les problématiques liées aux libertés, au droit administratif, au droit social, au droit international.




330e filmographie

Affiche du film Fantômas (1932) de Paul Féjos

Deux partitions pour une grève


Стачка (La grève, 1925) d'Eisenstein, peut être visionné en deux copies, avec deux musiques différentes.

L'une (ci-dessus) a été composée récemment par Pierre Jodlowski pour la cinémathèque de Toulouse. L'autre (ci-dessous) est constituée de morceaux signés Chostakovitch pour une restauration soviétique de 1969.

C'est l'occasion de constater à quel point l'accompagnement sonore d'un film muet en modifie la perception.






Pour la diffusion de films muets à la télévision publique



Quoi qu'en disent certains, la connaissance et la publication des films muets restent faibles, fragmentaires.

C'est particulièrement le cas des films français.

Voici qui est tout de même stupéfiant : on ne peut trouver en DVD qu'une infime minorité des oeuvres les plus marquantes signées par les cinéastes les plus célèbres : Gance, Dulac, L'Herbier, Antoine, Epstein (1) ...

Il faut parfois chercher chez des éditeurs étrangers pour dénicher une oeuvre !

Et ne parlons pas des réalisateurs davantage négligés encore : les Roussel, les Kemm, les Lion, les Hervil, les Poirier ...

N'est-il pas pour le moins étrange que ces cinégraphistes soient littéralement interdits d'antenne dans leur propre pays ?

Pour ne citer que ce seul exemple, combien de films signés Baroncelli la télévision française a-t-elle diffusés depuis qu'elle existe ?

Il ne serait pas scandaleux qu'une chaîne publique projette, ne serait-ce qu'une fois par mois, un film français muet.

Cela n'apparaîtrait tout de même pas disproportionné par rapport au nombre de gens intéressés, certes faible.

France 5 diffusant déjà des documentaires, France 3 le Cinéma de minuit, France 2 (irrégulièrement et très tard) le Ciné-club, France 4 pourrait être tenue de respecter ce minimum que l'on serait en droit d'attendre du service public.


(Notre illustration : Monte-Cristo (1929) de Fescourt : le crime dans l'auberge).




(1) ajouté le 29 mai 2014 : Epstein fait maintenant l'objet d'une édition en dvd.

(2) ajouté le 21 septembre 2018 : les programmes changeant constamment, France 5 diffuse actuellement - mais pour combien de temps ? - des classiques le lundi soir. Quant au ciné-club de France 2, il a été supprimé il y a bien longtemps … Cela étant, toujours pas de films muets en vue ... On peut se demander pourquoi la télévision publique ne passerait pas les films muets que l'on peut voir par exemple à la cinémathèque française ou à la Fondation Seydoux/Pathé; peut-être est-ce une question de droits ...


Kon Ichikawa

Né en 1915

Kon Ichikawa est un réalisateur japonais né en 1915. Ses films les plus connus sont Feux dans la plaine, La chambre des exécutions, La harpe de Birmanie, La vengeance d'un acteur. Il a aussi travaillé avec la télévision.



1946-1955

kon Ichikawa

1946

Musume dojoji (Une fille au temple de Dojo)

court métrage de marionnettes

1947

Toho Senichi-ya (Mille et une nuits avec Toho)

1948

Hana hiraku (Un bourgeon fleurit)

Sambyaku-Rokujugoya (365 nuits)

1949

Ningen moyo (Portrait d'un être humain)

Hateshinaki Jonetsu (La passion sans frein)

1950

Ginza sanshiro (Sanshirô de Ginza)

Shintôhô et Aoyanagi productions

Scénario : Hatta Naoyuki
Photographie : Yasumoto Jun
Musique : Lida Nobuo

Avec :

Fujita Susumu
Shimura Takashi
Kawamura Reikichi
Lida Chôko

Un médecin est prêt à épouser une demoiselle. Mais, une femme qu'il a connue autrefois, ressurgit dans sa vie.

Il y a là le schéma que l'on trouve dans maint film d'Ichikawa : un homme doit choisir entre deux femmes, ou une femme entre deux hommes.

Netsudeichi (Terre chaude)

Akatsuki no Tsuiseki (Poursuite à l'aube)

1951

Ye-Rai-Shang (La fleur nocturne)

Koibito (L'amant)

Mukokusekisha (L'homme sans nationalité)

Nusumareta Koi (L'amour volé)

Bungawan soro

Kekkon Konshinkyoku (La marche nuptiale)

1952

Raki san (Mr Lucky)

Wakai Hito (Les jeunes gens)

Ashi ni Sawatta Onna (La femme qui toucha les jambes)

Ano, te, Kono te (Par ici, par là)

1953

Pû-san (Monsieur Poo)

Toho

Scénario : Wada Nattô, d'après un roman de Yokoyama Taizô
Photographie : Nakai Asakazu
Musique : Mayuzumi Toshirô

Avec :

Itô Yûnosuke
Koshiji Fubuki
Miyoshi Eiko
Fujiwara Kamatari

Comédie inspirée d'une bande dessinée.

Aoiro Kakumei (La révolution bleue)

Seishun Zenogata Heiji (La jeunesse de Heiji Zenogata)

Aijin (L'amant)

1954

Watashi no Subete 0 (Tout de moi-même)

Okurnan Choia (Un milliardaire)

Josei ni Kansuru Juni Sho (Douze chapitres sur les femmes)

1955

Seishun Kaidan (Fantômes de la jeunesse)

1955 : Le pauvre coeur des hommes


Kokoro (Le pauvre coeur des hommes)

Nikkatsu production

Scénario : Inomata Katsuhito et Hasebe Keiji, d'après un roman de Natsume Sôseki écrit en 1914
Photographie : Itô Takeo et Fujioka Kumenobu
Musique : Oki Masao

Avec :

Mori Masayuki
Aratama Michiyo
Mihashi Tatsuya
Yasui Shôji

Un étudiant est intrigué par le comportement d'un professeur. La femme de celui-ci sent bien aussi que son mari lui cache quelque chose. L'enseignant finit par confier son secret au jeune homme.
L'histoire d'une faute que son auteur expiera.

Un film très intéressant.

1956 : La harpe de Birmanie

La harpe de Birmanie

Biruma no tategoto (La harpe de Birmanie)

Nikkatsu production

Scénario : Wada Nattô
Photographie : Yokoyama Minoru
Musique : Ifukube Akira

Avec :

Mikuni Rentarô
Hamamura Jun
Yasui Shôji
Naitô Taketoshi

Vers la fin de la guerre, un soldat déserte. Il devient bonze.

L'histoire s'inspire en partie du mythe d'Orphée

De La chambre des exécutions à L'étrange obsession


1956

Shokei no heya (La chambre des exécutions)

Daiei

Scénario : Wada Nattô et Hasebe Keiji, d'après un roman d'Ishihara Shintarô
Photographie : Nakagawa Yoshihisa

Avec :

Kawaguchi Hiroshi
Wakao Ayako
Miyaguchi Seiji
Kishi Teruko

Un étudiant part à la dérive. Lui et un copain violent deux jeunes filles.

Nihonbashi (Nihonbashi)

Daiei

Scénario : Wada Nattô, d'après un roman d'Izumi Kyôka
Photographie : Kimio Watanabe

Avec :

Chikage Awashima
Fujiko Yamamoto
Ayako Wakao

Deux geishas se disputent le coeur d'un homme

1957

Manin densha (Le train bondé)

Daiei

Scénario : Wada Nattô
Photographie : Murai Hiroshi
Musique : Taku Kôji

Avec :

Kawaguchi Hiroshi
Ono Michiko
Funakoshi Eiji
Ryû Chishû

Ana (Le trou)

Tohoku no Zummutachi (Les hommes de Tohoku)

Enjô (Le pavillon d'or)

Daiei

Scénario : Wada Nattô et Hasebe Keiji, d'après un roman de Mishima Yukio
Photographie : Miyagawa Kazuo
Musique : Mayuzumi Toshirô

Avec :

Ichikawa Raizô
Nakadai Tatsuya
Nakamura Ganjirô
Hamamura Jun

1959

Sayonara, Konnichiwa (Bonjour, au revoir)

Kaji (L'étrange obsession; autre titre : La confession impudique)

Daiei

Couleur Scope

Scénario : Wada Nattô et Hasebe Keiji, d'après un roman de Tanizaki Junichirô
Photographie : Miyagawa Kazuo
Musique : Akutagawa Yasushi

Avec : Machiko Kyô
Kanai Junko
Nakadai Tatsuya
Nakamura Ganjirô

1959 : Feux dans la plaine

Affiche du film Feux dans la plaine

Nobi (Feux dans la plaine)


Film de guerre

1960-1962


1960

Bonchi (Le fils de famille)

Jôkyo (Testaments de femmes)

Ichikawa a réalisé un sketch de ce film. Les autres réalisateurs sont Yoshimura et Masumura

Otôto (Tendre et folle adolescence)

Daiei

Scénario : Yoko Mizuki, d'après un roman de Aya Kôda
Photographie : Kazuo Miyagawa

Avec :

Keiko Kishi
Hiroshi Kawaguchi
Kinuyo Tanaka

1961

Kuroi Junin no Onna (Dix femmes en noir)

Daiei

Scénario : Wada Nattô
Photographie : Kobayashi Setsuo
Musique : Akutagawa Yasushi

Avec :

Keiko Kishi
Yamamoto Fujiko
Funakoshi Eiji
Ishida Kyôko


Hakai (Le paria)

1962

Watashi wa nisai (J'ai deux ans)

Daiei

Scénario : Wada Nattô, d'après un récit de Matsuda Michio
Photographie : Kobayashi Setsuo

Avec :

Suzuki Hiroo
Funakoshi Eiji
Yamamoto Fujiko

1963 : La vengeance d'un acteur

La vengeance d'un acteur

Yukinojô Henje (La vengeance d'un acteur)

Daiei

Couleur Scope
Scénario : Itô Daisuke et Kinugasa Teinosuke, d'après un roman de Mikami Otokichi
Photographie : Kobayashi Setsuo
Musique : Akutagawa Yasushi et Yagi Masao

Avec :

Hasegawa Kazuo
Yamamoto Fujiko
Wakao Ayako
Ichikawa Raizô

L'action se situe au 19e siècle. Un acteur de kabuki a juré de venger ses parents, jadis martyrisés par des notables sans scrupules.

L'un des films d'Ichikawa les plus appréciés. Il y joue de l'ambiguïté théâtre/cinéma/réalité.

1963-1979


1963

Taiheiyo Hitoribochi (Seul sur l'Océan Pacifique)

Ishihara International Promotions et Nikkatsu production

Scénario : Wada Nattô, d'après un récit de Kenichi Horie
Photographie : Yoshihiro Yamazaki
Musique : Yasushi Akutagawa

Avec :

Yujirô Ishihara
Mayasuki Mori
Kinuyo Tanaka

1964

Zeni no odori (La danse du grisbi)

Daiei

Scénario : Kurisutei (Ichikawa)
Photographie : Kazuo Miyagawa

Avec :

Shintarô Katsu
Chiemi Eri
Eiji Funakoshi

1965

Tokyo Orimpikku 1964 (Tokyo Olympiades de 1964)

1967

Toppo Giggio no Botan Senso (Toppo giggio et la guerre des missiles)

Co-production Japon/Italie

1968

Seishun (Jeunesse)

1969

Kyoto

moyen métrage documentaire

1970

Nihon to nihonjin (Le Japon et les Japonais)

court métrage documentaire

1972

Ai futatabi (Encore aimer)

1973

Matatabi (Les vagabonds)

1975

Wagahai wa neko de aru (Je suis un chat)

Scénario : Yasumi Toshio, d'après un roman de Natsume Sôseki
Photographie : Okazaki Kôzô
Musique : Jean-Sébastien Bach; orchestration : Miyamoto Teruo

Avec :

Nakadai Tatsuya
Namino Kuriko
Itami Jûzô
Okamoto Nobuhito
Shimada Yôko
Okada Mariko

1976

Tsuma to onna no aida (Entre épouse et femme)

co-réalisé avec Shiro Toyoda

Inugami Ke no Ichizoku (La famille Inugami)

1977

Akuma no Temari Uta (La ballade du diable)

Gokumon-tô)

1978

Joobachi (La reine des abeilles)

1979

Hi no tori (L'oiseau de feu)

Byoinzaka no kubikukuri no ie

Les années 1980-1983


1980

Koto

1981

Kofuku

1983

Sasame-yuki

1984 : O-Han

O-Han

O-Han

Toho

Scénario : Kon Ichikawa et Shinya Hidaka
Photographie : Yukio Isohata

Avec :

Sayuri Yoshinaga
Kôji Ishizaka
Tanie Kitabayashia

Un homme quitte son épouse afin de vivre avec une geisha. Un jour, il revoit sa femme. Dès lors, ils se donnent régulièrement des rendez-vous en cachette. La situation est donc complètement inversée par rapport à la normale, puisque la liaison avec la geisha, elle, est affichée.

1985-2001


1985

Biruma no tatekoto

1986

Rokumeikan

1987

Eiga joyu (Une actrice)

Toho

Scénario : Kaneto Shindô, Shinya Hidaka et Kon Ichikawa
Photographie : Yukio Isohata

Avec :

Sayuri Yoshinaga
Kôji Ishizaka
Tanie Kitabayashia

La vie de Kinuyo Tanaka, actrice qui a beaucoup tourné avec le réalisateur japonais Kenji Mizoguchi.

Taketori monogatari

1988

Tsuru

1991

Tenkawa densetsu satsujin jiken

1993

Kaettekite Kogarashi Monjiro

Fusa

1994

Shijushichinin no shikaku

1996

Yatsu haka-mura

2000

Shinsengumi

Doraheita

Committe production

Scénario : Akira Kurosawa, Keisuke Kinoshita, Kon Ichikawa, Masaki Kobayashi, d'après un roman de Shugorô Yamamoto
Photographie : Yukio Isohata

2001

Kah-chan

Ses films pour la télévision


1993

Shinjitsu ichiro

2002

Tobo

Un film comme assistant réalisateur


1986

Koneko monogatari, réalisé par Masanori Hata


Hédy Sellami, eclairages.com.fr

acteurs et actrices | compositeurs et compositrices de musiques | producteurs, productrices, compagnies, studios | réalisateurs et réalisatrices | techniciens et techniciennes | théoriciens (ennes), historiens (ennes) du cinéma | Scénaristes et dialoguistes

Plus de 1 400 liens cinéma !

Image du film Bus stop (1956) de Joshua Logan


Eclairages est, à notre connaissance, le seul support à répertorier un aussi grand nombre de sites consacrés au septième art, qui plus est classés par thèmes, continents, pays, ordre alphabétique.

La page consacrée aux acteurs dont les noms vont de A à M, a été mise à jour le 12 mai 2021.









La banque Nemo, un film d'une brûlante actualité



Réalisé vers 1934, l'opus de Marguerite Viel retrace l'ascension sociale d'un arriviste qui ne recule devant aucune manoeuvre pour parvenir au sommet.

Ce n'est peut-être pas un chef-d'oeuvre, mais il est au moins une scène qu'il faut voir, aujourd'hui en 2013, tant elle paraît d'actualité : le conseil des ministres (notre extrait). A l'époque, cette scène, qui montre ces messieurs sous leur jour véritable, aurait d'ailleurs été censurée, coupée.

Certains prétendront que nous sommes dans la caricature : au contraire, il nous paraît que nous sommes encore au-dessous de la réalité, de notre réalité.

Toute ressemblance avec des personnages et des faits existant aujourd'hui constitue, sans doute, une coïncidence ...

Il n'empêche que l'on croirait entendre parler d'affaires actuelles, récentes, quand, par exemple, le président du Conseil rappelle au ministre des colonies qu'il a concédé des terrains à l'affairiste alors que ses subordonnés le lui avaient déconseillé; ou lorsque la question est posée de savoir comment le banquier véreux peut être en possession de documents qui auraient dû rester entre les mains du même ministre ...

Frappants échos encore avec la situation actuelle quand on rappelle au président du Conseil qu'il a plaidé pour le banquier il y a six mois ...

Aura-t-on la cruauté de remarquer aussi combien est ressemblant ce personnage d'imbécile qui tient à son poste parce qu'il est ministre pour la première fois, et depuis si peu de temps, alors qu'il était député depuis quinze ans ...

Oui, tout cela ressemble horriblement à ce qu'aujourd'hui, nous vivons en pire ...







Quand Kurosawa fait appel à Ravel



Le récit de la femme violentée dans 羅生門 (Rashomon) est accompagné d'une partition inspirée du célèbre Boléro.

Démonstration en images et en musique avec l'extrait du film et le final de l'opus ravélien.













27 de nos 705 extraits de films

Répertoire des films noirs américains

Eclairages met en ligne un répertoire des films noirs américains, classés par compagnie cinématographique et par ordre alphabétique.

Pour chaque film, le générique, le résumé, des photogrammes et un ou plusieurs extraits.

Le répertoire sera progressivement enrichi.












Columbia


International Pictures


Metro Goldwyn Mayer (MGM)


Paramount


RKO


Twentieth Century Fox


Universal


Warner Bros